Solidarité – Makers contre le covid 47

Solidarité – Makers contre le covid 47

Newsletter : Association Sauvegarde de Boé

Jeudi 12 mars 2020 à 20h, notre Président Emmanuel Macron, nous annonçait dans sa première allocution dans le contexte de l’épidémie du coronavirus, la fermeture des crèches, écoles, collèges, lycées, universités à compter du lendemain soir. Puis, le lundi 16 mars, lors de sa seconde intervention, le début du confinement est déclaré.

Toute la France s’est alors lancée dans une organisation personnelle et professionnelle pour allier travail, quotidien et école à la maison.

De cette crise sanitaire sans précédent, nous pouvons nous satisfaire de l’émergence de tous ces élans et actions de solidarité, de générosité des concitoyens. Effectivement, les réseaux sociaux regorgent de groupes d’entraides.

Il faut se l’avouer, nous n’avons jamais eu autant les yeux rivés sur nos écrans, nos smartphones, comme pour ne pas passer à côté de nouvelles mesures gouvernementales, des chiffres des ARS mais aussi de ce qui est mis en place juste à côté de chez nous.

Et c’est là que l’aventure commence…

A la maison, équipée de matériel informatique et notamment d’une imprimante 3D, il nous est venu l’idée, mes enfants, mon conjoint, professeur au Lycée Val de Garonne à Marmande, et moi-même, de nous investir dans un groupe créé sur Facebook appelé « Makers contre le COVID-47 ».

Des initiatives se multipliant sur ce type de technologie, nous avons contacté Rémi Lamon, qui a créé depuis peu une micro-entreprise Foulayronnaise d’impression 3D. Ce dernier propose bénévolement des visières de protection à l’aide de cet outil. Un article sort le 2 avril sur « Le Petit Bleu » à ce sujet.

Mon conjoint et moi-même alléchés par le projet, je décide alors d’en faire part à Monsieur PERINETTI pour savoir si en s’associant avec Sauvegarde, nous pourrions faire aboutir les fameuses visières fabriquées en PLA. Il s’agit d’un bio-plastique, issu généralement d’amidon de maïs, mais aussi de canne à sucre, betterave, etc. Il est entièrement biodégradable en conditions industrielles. Il est plébiscité notamment dans le domaine de l’emballage et rapidement s’étant placé comme le filament le plus utilisé dans l’impression 3D.

Notre Directeur Général Adjoint a pu mettre à profit son imprimante 3D personnelle ainsi que des feuilles plastiques rigides, celles utilisées pour la protection des pages de garde dans les dossiers reliés.

La maison devient alors une « mini-entreprise » qui fait la joie de notre fils Camille, 10 ans !

La démarche appréciée et faisant l’objet d’un sujet de Radio Bulle (radio de l’Agenais), un petit clin d’œil nous est accordé le 3 avril.

Cela fait donc maintenant trois semaines que des cabinets d’infirmiers, l’épicerie solidaire de Foulayronnes, nous passent commande.

Aujourd’hui, nous élargissons notre gamme en fabriquant aussi des attaches pour maintenir les masques au niveau du crâne afin d’éviter une trop grande irritation due à l’élastique positionné derrière les oreilles.

Enfin, nous continuons nos productions pour Sauvegarde afin d’aider les personnels à se protéger contre le COVID-19.

Pour l’heure, nous planchons sur une petite note personnelle que nous souhaitons apporter à savoir celle de réaliser les pièces à l’effigie de l’Association en incluant le logo de Sauvegarde.

Christelle GALLET (Chef de service MJPM – Association Sauvegarde)

Dominique et Camille Cabannes

Laisser un commentaire